La passe-miroir, livres 1 et 2, de Christelle Dabos : de l'imagination à revendre

Fiances_Hiver.jpg

Il y a plus de six mois que quasiment tous les gens qui me recommandent parfois des livres me parlent de La passe-miroir de Christelle Dabos ; j'ai mis tout ce temps à mettre la main dessus à la bibliothèque, et je ne regrette pas d'avoir continué la chasse, ce roman de fantasy est formidable !

Faites la connaissance d'Ophélie, jeune femme à l'air doux et inoffensif, une liseuse (quelqu'un qui peut découvrir le passé des personnes qui ont touché des objets seulement en les touchant à son tour) et une passe-miroir (quelqu'un qui peut passer d'un miroir à un autre, pourvu qu'elle s'y soit déjà reflétée).

Ophélie vit tranquille dans son bout de monde jusqu'à ce qu'on la fiance de force à un homme qu'elle ne connait pas, qui vient d'une partie du monde bien plus dure que la sienne, le Pôle, et qui l'emmène avec elle passer ses fiançailles dans cet univers inconnu. Thorn - son fiancé - ne lui parle pratiquement pas, et son entourage guère plus. Elle ignore à quoi ressemble le monde qui l'entoure au Pôle et de ce dont ses habitants sont capables.

Disparus_Clairdelune.jpg

Vous en dire plus sur l'intrigue serait vous en dire trop ; j'ajoute mon jugement sur divers éléments du livre.

L'intrigue m'a passionnée au point de me faire rater ma station de métro deux fois de suite.

L'univers est riche, foisonnant, et autant que j'aie pu le voir cohérent.

L'héroïne à elle seule vaudrait le coup d'ouvrir le livre ; elle n'est ni la perfection incarnée, ni le genre qui tape sur les nerfs, ni tellement badass qu'elle en devient caricaturale. Elle est réfléchie, tranquille, mais pas docile.

Je ne peux donc que vous conseiller d'aller vous aussi à la chasse aux Fiancés de l'hiver, et d'enchaîner sur la suite, Les disparus du Clairdelune, tout aussi formidable !

Fil des commentaires de ce billet