Les chaînes pour chaussures, ou À pas de yak

Là où je vis, l'hiver 2012-2013 a été particulièrement neigeux. La neige est tombée souvent, et des températures basses l'ont préservée sur les trottoirs, martelée par des milliers de pieds, verglacée au possible. Pendant les semaines de janvier où il a fait le plus froid, la neige n'a pas été la seule à choir.

C'est après ma troisième chute, alors que j'employais un langage vigoureux au sujet du climat hivernal et des gens qui ne déneigent pas leur trottoir, qu'une bonne âme m'a informée de l'existence d'un machin dont je n'ai pas trouvé le nom officiel (en a-t-il un ?) et que j'ai instantanément décidé d'appeler des chaînes pour chaussures.

photo des chaînes pour chaussures

C'est une structure en plastique souple à adapter sur ses chaussures. En-dessous, deux croix entourées d'une spirale en acier sur laquelle on marche. Je m'en sers à chaque chute de neige depuis début 2013, et voilà ce que j'en pense. 

Je les ai testées en ville, sur de la neige fraîche, de la neige verglacée, et sur un verglas peu épais mais très glissant (suite à une pluie verglaçante qui avait transformé les trottoirs en miroirs). À chaque fois, je n'en ai pas cru mes pieds. La spirale en acier mord sans problème dans la glace, et on marche normalement. Pas de chute, pas de douleur aux cuisses ou au dos à force de se tenir comme un pingouin. Le gros avantage de ces engins comparés à des crampons est qu'ils ne s'abîment pas quand on marche sur un trottoir déneigé. On les sent un peu, mais ce n'est pas très gênant.

Ils sont simples à mettre sur ses chaussures. Il faut juste poser le côté avant sur le devant du soulier puis tirer sur l'arrière pour les passer derrière le talon (il en existe plusieurs tailles, chaque taille correspond à plusieurs pointures). Ils s'enlèvent aussi très facilement, et c'est un point important. En effet, ce qui est très pratique sur la glace et peu dérangeant sur le bitume devient casse-gueule sur le carrelage, il faut donc les enlever avant d'entrer dans un bâtiment.

J'ai porté mes bidules sur des bottines et des baskets. Les baskets m'ont semblé plus confortables ; avec une semelle souple, on sent moins la spirale sous ses pieds quand on marche sur terrain dégagé. Évidemment, l'avantage va tout de même aux bottines en cas de grosse couche de neige.

Les chaînes pour chaussures ont trouvé leur place dans mon sac, et ne le quitteront pas tant que je n'aurai pas besoin de les remplacer par des lunettes de soleil. La manœuvre inverse se fera sans doute fin octobre. La marque des miennes est Yaktrax, mais je pense qu'il existe des alternatives. Maintenant, à vous de jouer pour sauver vos coccyx ! 

Fil des commentaires de ce billet