La cote 400, de Sophie Divry

cote_400.jpg

Un lecteur s'est endormi dans une bibliothèque ; on a fermé sans le voir, il a passé la nuit dans la salle de lecture. Au matin il est (très petitement) secouru par une bibliothécaire qui lui offre du café mais refuse de le laisser sortir avant l'heure d'ouverture. Elle se lance dans un monologue désorienté qui part de Melvil Dewey(1) pour arriver à l'amour, en s'offrant des détours par un nombre de sujets assez ahurissant.

La cote 400 compte une petite centaine de pages, que je conseille de lire d'une seule traite, comme cette femme semble parler d'un seul souffle, sans laisser à son interlocuteur le temps de reprendre le sien. C'est un roman drôle, touchant, bizarre, une expérience de lecture assez rare ; je n'en attendais pas moins de Sophie Divry vu ses interventions aux Papous.

C'est Lizly qui m'a offert ce petit bouquin complètement barré ; merci !

Note

(1) l'inventeur de la classification qui porte son nom.

Fil des commentaires de ce billet